• Gentil coquelicot, méchant poppy !

    Pour la première pièce de ce billet, voici la robe 118 du mois d’avril 2008 de burda à qui j’avais promis de faire sa fête il y a quelques mois. J’ai utilisé les « restes » du combishort léger-léger auquel je baise les pieds ces derniers jours (et puis il ne rentre pas tant dans les fesses que ça :-) ).

    Gentil coquelicot, méchant poppy !

    Pas de modifications, tellement pas en fait que j’en ai oublié de faire le bas en 40 comme d’hab’. Tellement pas que je n’ai pas eu la présence d’esprit de mettre du thermocollant sur TOUS les morceaux de voile imprimé et que le col dodeline gentiment comme un… coquelicot qui se défripe les pétales. Le coton rouge à bon pourcentage d'élasthanne était parfait pour ce projet. Je trouvais que ce rouge coquelicot était un peu violent sur moi, mais maintenant que j’ai terminé le projet suivant, une partie de rigolade se profile à votre horizon.

    Gentil coquelicot, méchant poppy !

    Comme elle me moule un peu trop le popotin et qu’elle ne demande donc qu’à générer quelques plis disgracieux au-dessus du susdit popotin, je vais la proposer à l’essayage à une copine parce que c’est la robe sur laquelle on était tombée d’accord avant que je m’aperçoive que j’en avais égaré le patron. La guerre des popotins va faire rage.

    Le modèle est assez long à réaliser avec ses parements de manches et d’encolure, ses poches sur pli, et ses deux fermetures à glissière. Comme Frau Burda ordonnait de souligner les parements d’un point décoratif, le beau point numéro 20 amputé de sa partie droite a été étrenné.

    Gentil coquelicot, méchant poppy !

    Verdict : le modèle est très bien et donne tout ce qu’on pouvait en attendre.

    Gentil coquelicot, méchant poppy !

    ***********

    Gentil coquelicot, méchant poppy !

    C’est maintenant qu’entre en scène l’imprimé « Hannah’s Poppy », dont le dessin m'a scotchée, et dont ma carte bleue et moi avions trouvé le rendu très joli en vert dans la boutique de Mister Shaukat. Me prit l’envie subite dimanche dernier de me faire un petit haut avant de partir en vacances (NB :avec le temps j'ai appris à savoir que ce genre d'envie 2 jours avant le départ foire toujours : soit ce n'est pas prêt à temps, soit le modèle n'est pas à la hauteur des espérances. Mais bon, savoir cela n'est pas toujours suffisant pour éteindre une bonne envie d'en découdre). Sans condition autre qu’avoir le haut des épaules et une encolure dégagées. J’ai donc pris le temps de feuilleter mes Pattern Magic pour arrêter mon choix sur la robe à gros nœud du tome 1. Je savais bien que ça allait probablement dodeliner un peu à l’encolure si je la creusais, mais l’envie de tenter le truc était trop forte.

    J’ai pris mon patron de base, dessiné 2 belles encolures devant et dos, organisé un boutonnage au dos parce que devant il y a déjà du monde, en essayant de cintrer un poil à la taille.

    Gentil coquelicot, méchant poppy !

    Gentil coquelicot, méchant poppy !
    Comme ça t'y va bien ma chérie !

    Si côté technique l'affaire à été rondement menée (entièrement doublée, youhou!), côté esthétique j'ai été déçue à la fois par le tissu qui ne me va pas (bon ça pour être honnête je m'en doutais déjà un peu...) et par le rendu : le col devant plisse et est complètement tiraillé vers le bas, les emmanchures se creusent sur les devants et je déteste cette forme de façon générale, et le noeud fait complètement basculer le centre de gravité du vêtement. On sauve un peu les meubles en fixant l'encolure par 3 épingles à nourrice au milieu et sur les bretelles de soutif, système peu viable à long terme. Et c'est décevant de se retrouver avec un truc bâtard comme ça sur les bras, qu'on a envie de refiler au premier venu parce qu'un sait déjà que, même s'il est confortable et bien fait, on ne le mettra pas.

    Gentil coquelicot, méchant poppy !Gentil coquelicot, méchant poppy !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                    Sans épingles sur les côtés                                       Avec épingles (on s'approche de ce que je voulais)

    De plus, ce n'était pas une très bonne idée d'avoir fait ce type de modèle avec un tissu imprimé, de l'uni aurait rendu le noeud plus lisible. Je ferais mieux d'utiliser le reste sur des coussins ou tout autre ouvrage ne nécessitant pas d’être apposé sur une surface cutanée.

    NB : On trouve ici et des exemples réussis de cette manipulation du pattern magic, en gardant la forme proposée par l'auteure : encolure ronde peu profonde et forme robe à pli plat au milieu devant.


  • Commentaires

    1
    Cellequi
    Samedi 27 Juillet 2013 à 13:47

    Hello, je salue le courage de s'attaquer à ce modèle... Je le garde à l'espritmais n'ose pas encore m'y atteler.

    Pour ma part, je suis fan depuis quelques années de cette réalisation :http://www.bloglovin.com/frame?blog=526186&group=0&frame_type=b&link=aHR0cDovL3Nld3ZlcnlwcmFpcmllLmJsb2dzcG90LmNvbS8&frame=1&click=0&user=0

    Malheureusement, il semble que cette couturière ne tienne plus son blog à jour.

    PS : recyclage du haut, si tu ne veux vraiment pas le porter, en coussin à noeud ?

    2
    vicomte de boisjoly Profil de vicomte de boisjoly
    Lundi 29 Juillet 2013 à 09:33

    La robe de Very Prairie est bien jolie. Finalement, un noeud plus simple placé plus haut sur la poitrine rend le modèle beaucoup moins lourd.

    Le coussin à noeud pourrait être mignon, mais on n'oserait pas s'appuyer dessus et je n'ai pas assez de place dans mon studio pour l'agrémenter d'objets purement décoratifs.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :